Une nouvelle expérience de coralliculture débute à Monaco

Le corail rouge de Méditerranée, Corallium rubrum, est le plus connu des coraux précieux. Il est utilisé en joaillerie depuis l’antiquité. Il est malheureusement soumis à une forte exploitation et à l’action néfaste du réchauffement des eaux et de l’acidification des océans, ainsi les populations de corail rouge de surface s’en trouvent fortement menacées. Les chercheurs du Centre Scientifique de Monaco, dans le cadre de l’Unité de Recherche sur la Biologie des Coraux Précieux CSM-Chanel, ont mis en place un programme scientifique visant à mieux connaître la biologie et l’écologie de ce corail, dans le but d’améliorer sa conservation. Ce programme fait également l'objet d'un soutien de la Fondation Prince Albert II de Monaco.
Dans ce cadre, des grottes à corail ont été spécialement conçues et immergées dans les eaux monégasques pour accueillir des colonies de corail rouge et étudier leur reproduction. En effet, le corail rouge est connu pour s’établir tout particulièrement sur des tombants rocheux, qui piègent les larves émises par les colonies de corail avant que celles-ci ne remontent à la surface et ne se perdent dans les courants. Les grottes conçues tout spécialement reflètent donc ce milieu naturel. Elles sont munies de plaques coulissantes au plafond, ce qui permettra de modifier l’arrangement des colonies mâles et femelles pour optimiser la reproduction et obtenir un maximum de nouvelles colonies issues de la reproduction. De plus, plusieurs substrats seront testés pour déterminer le type ou la couleur de substrat qui attire le plus les larves de corail pour leur développement. Cette expérience est réalisée en collaboration étroite avec le Dr Lorenzo Bramanti, chargé de recherche CNRS au sein du Laboratoire d'Écogéochimie des Environnements Benthiques à l’Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-mer (Pyrénées-Orientales).
Dans un premier temps, les grottes ont été mises à l’eau pour qu’elles se recouvrent d’un film bactérien naturel. Pendant ce temps, des colonies de corail rouge seront identifiées comme mâles et femelles et agencées au laboratoire sur les plaques coulissantes avant d’être insérées dans les grottes. La reproduction sera suivie à l’automne, pour dénombrer les nouvelles colonies et suivre leur croissance.

 



 

Pour plus d'informations, veuillez contacter :