Séminaire canado-monégasque sur la pollution microplastique des océans


Les spécialistes canadiens et monégasques participant au séminaire du 28 février 2019 sur la pollution microplastique des océans © MOM/CSM
Un séminaire, organisé en partenariat avec l’Ambassade du Canada à Paris et le Musée océanographique le 28 février 2019, a réuni trois spécialistes canadiens et plusieurs entités monégasques travaillant tous sur les micro-déchets plastiques pour une matinée d’échanges et de débats au Musée océanographique.
Deux chercheurs du Centre Scientifique de Monaco, les Drs Éric Béraud et Christine Ferrier-Pagès, et le Dr Vanessa Bednarz - chercheur au CSM dont les travaux sont financés par la Fondation Prince Albert II de Monaco - ont participé aux débats et ont écouté les dernières recherches menées par les scientifiques canadiens : les Drs Jennifer Provencher (Canadian Wildlife Service, Ottawa, Ontario), Peter Ross (Ocean Wise Conservation Association) et Jessica Melvin (Memorial University, Newfoundland). Ils ont notamment montré de façon claire qu’ 1 oiseau marin sur 10 et que 10 oiseaux d’eau douce sur 10 possédaient dans leur estomac des plastiques, en relativement grande abondance. Pour le Canada, la plus forte contamination en plastique chez les oiseaux a lieu sur les côtes Est, qui sont celles les plus proches du grand tourbillon de plastique de l’Atlantique, lequel concentre en une zone précise, tous les plastiques de l’Atlantique Nord et Centre.

Il a également été suggéré que la plus grande pollution en plastique était maintenant représentée par les micro et nanoplastiques, c’est-à-dire ceux dont la taille est inférieure à 5 millimètres. Finalement, les chercheurs ont également attiré l’attention sur les produits dérivés du recyclage du plastique. Par exemple, les bien connues fourrures polaires, fabriquées à partir de plastique recyclé, libèreraient, à chaque lavage, jusqu’à 10 millions de microfibres plastiques. De nombreuses recherches restent cependant nécessaires pour évaluer la contamination en plastique des océans, notamment dans les zones tropicales et récifales, encore très peu étudiées. Ce sera l'objectif du CSM et de la Fondation Prince Albert II de Monaco, en collaboration avec les chercheurs du Palau International Coral Reef Center dans le cadre d’une mission de terrain prévue au mois d’avril prochain, à Palau.




Pour plus d'informations, veuillez contacter : 
 

- Dr Vanessa Bednarz
- Dr Eric Béraud
- Dr Christine Ferrier-Pagès