Le Dr Sylvie Tambutté invitée à l’Université d’Harvard pour un atelier de travail sur la Biominéralisation


Les participants à la réunion. De G. à D. : Pr Jonathan Erez (The Hebrew University of Jerusalem, Israël), Dr Sylvie Tambutté (Centre Scientifique de Monaco), Dr Benjamin Gilbert (Lawrence Berkley National Laboratory, USA), Mrs Majorie Cantine (Massachussets Institute of Technology, USA), Dr Nick Boekelheide (Massachussets Institute of Technology, USA), Pr Tali Mass (University of Haifa, Israël), Pr Jess Adkins (Caltech, USA), Pr Pupa Gilbert, (University of Wisconsin-Madison, USA), Pr Andrew Knoll (Harvard University), Mrs Vanessa Knutson (Harvard University), Dr Frédéric Marin (CNRS/Université de Bourgogne, France), Pr Kristin Bergmann (Massachussets Institute of Technology, USA).

Du 10 au 12 Juillet dernier, un atelier de travail réunissant une dizaine d'experts de renommée internationale dans le domaine de la biominéralisation s’est tenu à l’Université d’Harvard, plus précisément au Radcliffe Institute for Advanced Study. Cette réunion en petit comité avait pour but de discuter des dernières avancées dans le domaine de la biominéralisation, le processus à l’origine de la formation des squelettes des organismes (comme nos os, nos dents, les coquilles de mollusques, les épines d’oursins ou les squelettes de coraux), et de l’histoire évolutive de ce processus.

Cette réunion était organisée par les Professeurs Pupa Gilbert, Professeur de Physique à l‘Université du Wisconsin-Madison et Andrew Knoll, Professeur d’Histoire Naturelle à Harvard. À cette occasion, le Dr Sylvie Tambutté, Directrice de recherche et responsable de l’équipe de Physiologie corallienne au CSM, a été conviée à présenter les travaux de recherche effectués dans son équipe. Ces travaux, qui sont le résultat de nombreuses années de recherche, sont régulièrement valorisés à travers de nombreuses publications paraissant dans la presse scientifique et qui valent à l’équipe une reconnaissance internationale. Ils ont notamment permis de disséquer une partie des mécanismes qui permettent aux coraux de fabriquer leur squelette calcaire et de répondre aux stress environnementaux tels que l’acidification ou l’augmentation de la température des océans.

Lors de cette réunion, les intervenants de diverses disciplines, incluant des biologistes, des biochimistes, des géochimistes, des physiciens, ont non seulement présenté une synthèse de leurs travaux mais ils ont surtout discuté afin de combiner les données provenant de diverses disciplines pour développer des pistes pour des futures recherches. Ce travail devrait se conclure par la rédaction d’un article dans une revue scientifique internationale dans les prochains mois.

 


 

Pour plus d'informations, veuillez contacter :