Economie Environnementale

Composition de l'équipe

Chargé de recherche

Dr Nathalie HILMI

Activités

Trois axes de recherche sont développés dans cette thématique :

Impacts socio-économiques du changement climatique et de l’acidification des océans

Les objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD) ont remplacé les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) pour la période 2016-2030. La CCNUCC COP21 à Paris et les indicateurs de SDG 13 (sur le changement climatique) soulignent la nécessité d'accélérer la décarbonisation de l'économie et la réduction des émissions de CO2 à l'échelle mondiale, et à renforcer l'engagement de la communauté internationale à prendre des mesures collectives pour réduire les émissions de CO2 de façon drastique. Les travaux de la thématique économie environnementale du CSM étudient les impacts socio-économiques engendrés par les émissions de CO2, que ce soit du au changement climatique ou à l’acidification des océans. Cela se reflète aussi dans la série de Workshop « Bridging the gap between ocean acidification impacts and economic valuation » organisés conjointement par le CSM et l’AIEA sous la houlette de Nathalie Hilmi.

Evaluation et valorisation des récifs coralliens

En milieu tropical, une attention particulière a été faite pour étudier les méthodes d’évaluation des récifs coralliens. Une collaboration avec des experts en SHS a permis de prendre en compte tant les aspects économiques que sociaux et culturels dans une approche écosystémique. Plusieurs ODD sont concernés par la bonne santé des récifs coralliens (sécurité alimentaire, lutte contre la pauvreté, santé humaine…). De plus les aspects de gouvernance sont cruciaux quand nous parlons de la gestion du capital naturel et de la conservation des ressources de l'environnement. En effet, les acteurs engagés dans le processus de protection ou de résilience sont multiples. Donc, la décision est prise à différents niveaux allant du local au global par une multitude d'acteurs. La communication est primordiale pour que les recherches atteignent tous les échelons de la prise de décision.

Politiques économiques et développement durable

Quand on parle de politiques environnementales, la notion de développement durable est incontournable car elle reprend les trois piliers : économique, social et environnemental. Les politiques environnementales sont une composante des politiques économiques plus larges et si on ne comprend pas le contexte macroéconomique et social dans lequel se trouvent les pays, il est impossible de faire des recommandations politiques adéquates.
Dans un monde marqué par des fragilités et des instabilités locales et globales de tout ordre (politiques, sociales, économiques et financières), une catastrophe environnementale peut avoir des effets particulièrement dévastateurs sur le plan économique et humain. Les perspectives de croissance économique doivent intégrer la dimension sociale et environnementale. Que les risques environnementaux soient d’origine naturelle ou dus aux activités humaines, les acteurs économiques ont intérêt à réagir. D’abord, il faut développer leur capacité de résiliation pour diminuer le coût social si le scénario s’avère inévitable, ensuite ils doivent amplifier leurs efforts pour adapter leur comportement et œuvrer pour un environnement moins risqué. Pour cela, la mise en place d’un indicateur de développement durable permettrait, mieux que le PIB de tenir compte de ces trois dimensions. D’autre part, pour saisir toute l’ampleur des impacts économiques lors des études de ressources naturelles, il faut tenir compte à la fois des flux réels et financiers. Par une approche macroéconomique, la thématique «économie environnementale» du CSM peut appréhender les grands enjeux globaux et leur donner la dimension politique et internationale nécessaire pour les rendre lisibles par les décideurs politiques.